Revenir au site

Une lecture taoïste du monde des gauchers

Cet article évoque les traits spécifiques des gauchers selon une analyse très taoïste de leur latéralité. Il insiste sur le rôle que cette singularité pourrait jouer dans le monde qu'il revient à notre génération de bâtir.

· Articles pour tous

Les habitants de la rive gauche

Parfaitement intégrés, on dit qu'ils représentent 15% de la population française. Ils sont surreprésentés (40%) dans les sports de combats ou de réflexe comme le tennis et tirent fierté qu'Einstein, Léonard de Vinci, Michel-Ange, Jules César, David Bowie ou Barack Obama leur ressemble.

En relation plus directe avec leur cerveau droit, on les dit plus intuitifs et disposant d'une sensibilité émotionnelle et inspirative plus affirmée. Ils sont les membres de la communauté de l'autre membre. Ce sont les habitants de la rive gauche, communément appelés "les gauchers" et parmi eux, celui qui vous parle.

Personnalités miroirs, ils forment une communauté par défaut au peuple de la norme. Il leur faut s'adapter par obligation aux paires de ciseaux qui entaillent les chairs, aux poignées dont le sens de rotation porte la preuve qu'ils ont été fabriqués pour d'autres. Grands oubliés des ingénieurs et des bureaux d'études, l'appartheid de l'objet sévit depuis des siècles et le bouton poussoir de l'appareil photo a depuis longtemps choisi son camp.

Minorité écartée de l'histoire et de l'industrie, les sinistres "sénestres" ont dû s'adapter au fil du temps et porter continûment leur message. Ce message est naturellement celui de la tolérance vis-à-vis de ce "collectif d'asymétriques", comme on peut l'être de tout porteur de handicap. Il est aussi cette invitation adressée au monde de l'ingénieur, en vue de fabriquer des objets qui leur ressemblent ou à tout le moins, qui tolèrent la mixité des mains.

Plus fondamentalement, cette motricité parallèle est un appel à écouter la différence de perception de ceux qui habitent en face car leur vision de la réalité "en négatif", diffère de ceux qui ne voient plus à force d'être normaux. Quantité d'auteurs ont tenté de sensibiliser, de décrire, d'expliquer à la fraternité-miroir, leur appréhension du réel, tangible avec leur délicate relation aux objets, comme intangible avec leur vision créative du monde.

Cet article ne sera cependant pas un énième plaidoyer pour défendre la cause de la minorité et de ceux qui se comptent. Il n'appellera pas à la création d'un nouvel hashtag vengeur et séparatif intitulé #balancetondroitier. Il ne s'inscrira pas non plus dans la mouvance des poings gauches levés par la colère des militants révolutionnaires ou féministes. Il se propose au contraire d'examiner nos complémentarités, de redécouvrir la symétrie sensitive, d'apporter nos singularités au peuple majoritaire, la pièce manquante du puzzle, la virgule au grand nombre, la latéralité alternative qui permettra de tendre vers notre complète humanité.

La vision taoïste du monde des gauchers

Dans cette intention de retour vers la "grande unité" (TaïYi), vers la réconciliation de ce qui n'aurait jamais dû être séparé, la lecture inspirée de la Voie et du "Dao" va nous être précieuse.

En premier lieu, il est important de noter que la partie gauche du corps est de polarité Yang. En effet, l'Homme regarde vers le Sud, l'orientation cardinale de l'Empereur dans la tradition et du soleil de la vie. Lorsque l'on regarde vers le Sud, la partie gauche est reliée à l'Est et précisément à l'énergie de polarité Yang qui monte au matin, pour s'expanser jusqu'à son zénith à midi. L'après-midi au contraire voit le Yin se renforcer et le Yang naturellement décroitre jusqu'à rejoindre le grand Yin de la droite et de la nuit.

La partie gauche du corps est celle qui est éclairée, du matin jusqu'à midi. Elle porte l'énergie du lancement, de la création, de l'expansion, de la croissance, de l'inventivité, de l'émergence du nouveau cycle du jour. Le Yang des gauchers réunit l'énergie de l'enfant et de l'adulte (individuation), la tonalité du Bois et du Feu avec les vertus qui lui sont attachées : la joie d'agir et de vivre, la créativité, la vision et le sens (le sud), la capacité de décision (rapide des tennisman ou des boxeurs) et la spontanéité, la planification, la chaleur, l'optimisme etc. Le Yin (Métal et Eau) des droitiers nous parle davantage de sens des responsabilité et de loyauté, de pureté et de droiture, de courage et de volonté, de sagesse, de réflexion et de connaissance, de résilience et de pédagogie.

On comprend ici facilement la complémentarité des deux mondes. L'un ne saurait s'épanouir sans l'autre. L'automne ne saurait exister sans le printemps. La langue chinoise l'a bien compris en représentant le mot "Humain" uniquement par 2 jambes. Oubliant la tête, le sinogramme nous rappelle que la marche de l'homme ne saurait exister sans son autre moitié, sans ce qui lui permet d'avancer. Il est dit dans le Tao Te King : "Connait ton masculin, reconnait ton féminin". En vérité et pour faire simple, la femme est à l'homme ce que le gaucher est au droitier, un complément de polarité conduisant vers l'Unité. Le corps de l'Est pourrait ainsi récupérer l'aphorisme de la manière suivante : "Connais ta partie gauche, reconnaît ta partie droite".

Dans sa lecture verticale traditionnelle, le Yang (des gauchers) se rattache également au Ciel, au soleil, à ce qui brille, à ce qui est léger et à ce qui vient d'en-haut. L'écriture chinoise classique se déploie précisément du haut vers le bas, du Ciel Yang vers la Terre Yin. Le Ciel vient inspirer la Terre et Lao Tseu déclare même que la Terre dépend des lois du Ciel (météorites, explosions solaires, orbites...). L'intuition et l'inspiration spontanée du Ciel, le non-mental et l'information fulgurante viennent aider l'analyse et guider la structure de la Terre (Le Métal Yin), la réflexion et la profondeur de l'Eau Yin. L'approche du global céleste (Grand Yang) vient éclairer et donner du champ à la cristallisation terrestre (Métal Yin) et aux détails qui font perdre la compréhension d'ensemble. Le Yang du Ciel s'assimile à ce rêve éclairant qui vous apporte la réponse évidente à la question complexe que vous vous posiez avant de vous coucher (Les 3 âmes célestes de l'âme du Foie : Hun). Il représente l'éclair du Ciel, du soleil ou de l'aérolithe qui se traduit par le feu de la forêt terrestre. Le Ciel donne la forme au tellurique. Portés de manière dominante par le Yang de leur corps, il n'est pas illogique que les gauchers se sentent plus sensibles et intuitifs que la moyenne de la population. Il est peut-être moins difficile pour un gaucher de s'imaginer l'univers.

Dans sa lecture horizontale, chaque colonne des textes anciens se déroulait de la droite vers la gauche, du Yin horizontal vers le Yang horizontal. Ce mode scriptural était celui du gaucher. Léonard de Vinci écrivait de la droite vers la gauche et il faut aujourd'hui un miroir pour relire ses écrits. De manière générale, il n'est pas difficile à un gaucher de se prêter à cet exercice, également généralisé dans le monde arabe ou hébreu. La graphie de la gauche vers la droite est une convention pratique qui remonte à l'époque des scribes égyptiens et la manifestation concrète de l'emprise du Yin sur le Yang horizontal.

Le Yang se réfère par ailleurs au futur lorsque le Yin renvoie davantage au passé et à la nostalgie qui peut lui correspondre. Énergie du Bois et de l'Est, le gaucher peut aimer se projeter dans l'avenir et jalonner ses projets, imaginer le monde d'après, le sien ou celui de ses contemporains. Il semble moins compliqué à un gaucher de se projeter dans des mondes qui n'existent pas encore et que nos générations vont devoir bâtir.

Le Yang se réfère également à l'extérieur et à ce qui protège (une carapace, un mouvement...). En acupuncture, il court dans le dos, le long du merveilleux vaisseau Gouverneur (Du Maï). Les gauchers peuvent ainsi être logiquement plus rapides (tennismen, boxeurs), mieux esquiver, mieux défendre et peut être mieux résister en travaillant notamment l'adaptation obligée.

Dans la tradition, la partie gauche du corps portait les 4 trigrammes du Ciel, du Tonnerre, du Feu et du Lac. La partie droite se retrouvait davantage dans la Terre, la Montagne, l'Eau et le Vent. C'est ainsi qu'un gaucher se retrouverait peut-être davantage dans l'éveil, la prise de conscience et l'impulsion du Tonnerre, la clarté, la force d'action et la vision du Feu, l'universalité du Ciel et la réflexion du Lac, qui lui-même reflète le Ciel.

De manière pratique et comme on le voit sur la photo de Barack Obama au début de cet article, la plupart des gauchers enroulent leur poignet afin d'éviter que la paume n'efface ou ne salisse ce qu'ils viennent d'écrire. Position précaire et douloureuse dans la durée, elle nous rappelle l'importance du cercle. Là où les droitiers utilisent la droite et le linéaire, les gauchers préfèrent la courbe. Le cercle renvoie dans le taoïsme (Yi Jing) à l'impermanence de la vie. Tout bouge tout le temps, tout disparaît et tout renaît dans le cycle infini des saisons, des créations/disparitions (des vies, des espèces, des paysages, des planètes etc.), des jeux du visible et de l'invisible.

Dans ce travail de la forme, si un gaucher devait calligraphier un cercle, il ne le dessinerait pas dans le sens des aiguilles d'une montre (dextrogyre) mais dans le sens inverse des aiguilles et du temps (sénestrogyre). Sans qu'il en ait conscience, il viendrait à reproduire le mouvement du Ciel antérieur dans la tradition taoïste, cette volonté de retour à l'origine de son vivant, vers ce qui existait avant sa naissance et sa conception. Alchimiste inconscient et candidat au retour vers ce qui le dépasse, le gaucher est encore présent dans le monde d'avant, celui des 8 trigrammes (Bagua) de FuXi plutôt que du roi Wen. Cet article cherche à rendre les gauchers conscients de cette connexion à l'origine, de cet appel moteur et corporel.

Conclusion

Les allusions rapides de cet article sont avant tout un rappel, une réminiscence, une reviviscence de la mémoire de la communauté des occupants de la rive gauche, de la tribu subversive de la contre-latéralité. A l'image des amérindiens, une invitation sans doute à les faire sortir de leur... réserve.

 

De la profondeur de sa sagesse multimillénaire, le taoïsme vient rappeler que la graphie des gauchers porte un message invisible à la multitude et à eux-mêmes. La "gaucherie" porte en elle une vertu complice, un handicap divin. Son langage du corps peut être approché comme un appel du Yang du Ciel* destiné à éclairer le Yin terrestre. Ami du Ciel, le gaucher céleste peut libérer le gaucher terrestre et aider le droitier à voir plus loin et plus grand ; les fils du Ciel (TianZi) peuvent inspirer les enfants de la Terre. Complément indispensable au monde installé, les gauchers devraient prendre davantage conscience de leur source d'inspiration et contribuer plus amplement à l'invention du monde à venir. On pourrait considérer le monde comme il va (mal) comme un dextro-monde. Einstein nous a un jour expliqué qu'il n'était pas possible de résoudre un problème avec la conscience qui l'a engendré et produit. Notre plan de réalité a aujourd'hui besoin du Ciel des gauchers pour aider le peuple du nombre à trouver les projections inspirantes et l'imaginaire d'un monde plus harmonieux.

 

L'ensemble du monde vivant les attend.

***

* Parce que le Yin précède le Yang, parce que l’inspiration Yin commence la vie et l'expiration Yang la finit, le Yang céleste provient lui-même d'un Yin céleste que cet article ne prétend pas traiter. Si l'on devait prendre une image plus occidentale, on parlera une autre fois des forges d'Héphaïstos.

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK