Revenir au site

Prédictions 2021 : Comment le Buffle de Métal a-t-il résonné ?

Jusqu'au 31 janvier prochain, l'année 2021 sera celle du Buffle de Métal au sens de l'énergétique chinoise. On s'est livré le 30 décembre 2020 dernier, au jeu toujours délicat des prédictions pour l'année à venir. Le présent article se propose de faire un point sur les annonces présentées il y a près d'un an. En résumé, l'énergie du Buffle s'est bien manifestée et la bête de somme retombe bien sur ses (quatre) pattes.

· Articles pour tous

Le Buffle de Métal va achever le 1er février prochain de brouter sa parcelle 2021. Il laissera la place en 2022 au Tigre, à l'énergie Yang et aux attributs de l'Eau. En attendant, il convient de faire le point sur les prédictions annoncées le 30 décembre dernier, qui se trouvaient en lien direct avec la signature énergétique du bovidé.

Les 3 mots clés que l'on avait retenus à l'époque étaient les suivants : 1) la justice, la loi et le droit, 2) la santé et 3) le territoire. Ils formeront la structure de notre présentation. Les textes en orange et en italique sont la reprise des passages de l'article du 30 décembre 2020.

La loi, le droit, la justice

On avait écrit que le gouvernement pourrait être tenté de profiter du contexte Métal Yin ambiant pour renforcer le recours à la loi, accentuer la pression législative, étatique et bureaucratique (carnet de vaccination, attestations et dérogations diverses...). Le recours à la loi s'intensifiant (Déviation du Métal), la liberté d'action ou de mouvement pourrait globalement reculer. Les pouvoirs publics pourraient faire appel à la notion de « sacrifice », d’essence Métal. (...) Des discussions possibles autour de la constitution, des projets de lois, nombreux et possiblement liberticides (droit du travail, liberté de la presse et loi de 1881, saisie du CSA sur la pratique de l'humour à la radio comme en 2020, séparatisme...). Les références à la loi, à la règle, aux Canons seront légion.

Force est de constater que 2021 a été une année dense sur le plan législatif, dans le contexte d'"état d'urgence" et de juridisme d'exception voté par le Parlement. S'éloignant des exigences démocratiques et même si la CNIL (Commission Nationale Informatique et Libertés) a tenté sans grand succès de modérer les ardeurs du politique, la reconduction de cette période d'"apesanteur législative" et d'"état d'urgence" devrait s'étendre jusqu'en juillet 2022. Le Conseil d’État et le Conseil Constitutionnel, la Cour Européenne des Droits de l'Homme n'ont pas chômé et ont été saisis notamment sur les lois relatives au Pass sanitaire, jugées liberticides par une part importante de la population. Les recours et contestations juridiques (plaintes, pétitions, manifestations...) ont été légion. Des avocats (Métal Yin du Buffle) comme Fabrice Di Vizio ont occupé le proscenium médiatique en 2021, se substituant au personnel soignant de 2020 (Métal Yang du Rat). Après le choc et la sidération de 2020 (Yang), le droit du travail et les règles d'entreprises en matière de prévention-sécurité (Yin) ont été considérablement modifiés ; les DRH n'ont pas ménagé leurs efforts pour s'adapter à la nouvelle donne sanitaire. Le législateur a profité de cette année Métal pour légiférer sur les équipements obligatoires des communes de montagne, les avocats sont montés au créneau pour défendre le secret professionnel et la protection de leur client, une loi de renforcement des droits des lanceurs d'alerte est par ailleurs venue émailler l'actualité.

La question de la justice sociale en période de précarisation sera au centre des débats avec un probable retour du revenu universel et de l'aliénation (l'anneau du Buffle) qui lui est associé.
Le Revenu universel stricto sensu n'a pas trouvé sa place dans l'actualité mais le revenu des jeunes a été abordé dans le cadre du retour à l'emploi. Même si l'assiette des bénéficiaires a été finalement diminuée, le contrat d'engagement permet désormais à certains jeunes de revenir dans l'emploi à l'aide d'une prime mensuelle de 500 €. Par ailleurs, 38 millions de français ont pu toucher en octobre la prime "énergie" de 100 € destinée à compenser l'augmentation des prix du gaz et de l'électricité. Présentée sous la forme d'un outil de justice sociale, l'assurance chômage a par ailleurs été réformée à l'automne avec son lot de contestations sur le front syndical.
Le dossier des retraites devrait faire sa réapparition, abordé de manière froide, technocratique et chiffrée. Emmanuel Macron a tenté en septembre/octobre de repasser en force le dossier des retraites mais il a finalement considéré que le "rétablissement économique" n'était pas suffisamment installé pour permettre la digestion de la réforme par les "forces vives" de la nation. Plus pragmatiquement, le calendrier politique n'était pas très propice à la réouverture de ce dossier électoralement peu porteur. Les retraites seront dans tous les cas un enjeu important de la Présidentielle de 2022, le Buffle à creusé le sillon.
Sur le plan international, on avait souligné que l'actualité judiciaire et juridique devrait être riche et intense en France ou dans nos relations internationales (Le Brexit, la Turquie et Malte, la mer de Chine, les eaux arctiques, l’Arménie, l’Ukraine…). On constatera plus bas dans la rubrique "Territoire", que l'année 2022 a confirmé amplement cette inclination croissante au repli des pays (l'énergie du Métal) et à la défense de plus en plus "tranchante" des intérêts des états. Sur le plan économique, on avait indiqué que l''Europe montera au créneau vis-à-vis des géants du numériques (GAFAMI) pour mieux protéger les données personnelles, pour renforcer la justice fiscale.
La communauté internationale est en effet parvenue le 10 octobre dernier à un accord historique concernant la l'imposition minimale de 15% des multinationales. On ne l'a pas suffisamment noté mais l'Autorité de la concurrence a imposé une amende de 500 m€ à Google pour l'inciter à mieux respecter le droit de la propriété intellectuelle des journalistes français (les fameux "droits voisins"). Même si le géant du numérique a fait appel et que l'instruction prendra du temps, c'est une année Métal qui a tranché et rendu le jugement.
Il est également intéressant de noter que l'Europe a généralisé la taxe carbone à ses frontières en juillet dernier, mettant ainsi le droit au service de la défense de ses intérêts et de son industrie.
Sur le plan juridique (et de la défense de ses droits), il est enfin notable de constater la création inédite en 2020 (une année Métal) des premiers syndicats dans le monde du consulting des big 4 (EY, Deloitte, PwP, KPMG). Les premières revendications des jeunes consultants d'EY sur le temps de travail, ont défrayé la chronique en 2021.

La santé

Sur le plan sanitaire, il était écrit qu'on retrouvera en 2021 les mêmes manifestations énergétiques du Métal (...) le lien avec l’hygiène et les Poumons, le blanc froid de la blouse du médecin. La réalité est largement venue corroborer cette prédiction, somme toute prévisible. Même si la communication gouvernementale a volontairement atténué la tonalité Métal de la période (sous estimation des effets secondaires et non-évocation de la pharmacovigilance, disparition du doute scientifique et absence de débats d'experts...), l'année 2021 a bien été une année dominée par les questions sanitaires. Sans atteindre l'acmé Yang de l'année précédente, les confinements partiels et régionaux ont été établis en mars, le confinement généralisé en avril, le Pass sanitaire a été voté en mai sans perspective politique de disparition, la 3è dose Covid est promue pour les populations à risque, la vaccination contre la grippe saisonnière est recommandée, la menace réelle ou supposée du variant Omicron, permet de maintenir la pression sanitaire. D'autres variants sont déjà annoncés. Le blanc du Métal devrait durer encore quelques temps.

Le secteur hospitalier lui-même est malade et au bord de l'apoplexie. 2021 en a accentué la virulence des troubles : absence de médecins et de soignants, baisse chronique du nombre de lits, fermetures de sites et déserts médicaux, le Vide du Métal du secteur médical est partout. Le Buffle Métal a accentué le phénomène, dans la radicalité du Yin, pas toujours visible (on en entend globalement peu parler) mais structurelle. Le mal est profond et le secteur aura besoin de temps (et de moyens) pour stimuler les vocations et se relever des coups mortifères qui lui ont été portés (baisse des ressources et intensification des rythmes, numerus clausus, faible reconnaissance, logique marchande/gestionnaire croissante, obligation vaccinale...).
La santé physique et mentale de la population aura globalement tendance à se dégrader. Le nombre de burn-out a augmenté de 25% entre mai et septembre 2021. L'état de la santé mentale de Français plus globalement inquiète puisque 30% de la population souffrirait d'états anxieux ou dépressifs.

Le territoire (géographique, culturel, identitaire...)

Sur cette question aiguë en 2021, il a été écrit que le Buffle est intimement lié à un territoire (la parcelle de la rizière, le pré carré, le labour), familial, amical, professionnel, national, ce qui peut l’amener à des comportements patriotiques exacerbés, identitaires, nationalistes ou irrédentistes. (...) Renforcée en 2021 par l’énergie du Buffle, l’énergie du Métal (l'épée qui sépare) renvoie spécifiquement à la notion de frontière et de « territoire » (...) Le territoire ou le périmètre, ce peut être son territoire personnel, sa famille et ses proches, ses amis, ses réseaux et ses alliances, son métier, son entreprise, son pays, ses croyances, son identité, sa religion, sa communauté etc. (...) Chaque pays défendra mordicus ses intérêts et ses frontières, le protectionnisme sera encore dominant et le chacun pour soi l’emportera le plus souvent.

Mouvement de fond et durable, l'actualité apporte tous les jours la preuve d'un repli national ou identitaire (le repli énergétique du Métal qui revient à l'essence) et de l'affirmation de ses intérêts sur la scène internationale. La tectonique géopolitique se fait plus dure et le terme de "Guerre" commence à apparaître dans la presse. Le Buffle aiguise ses cornes et souffle par les naseaux sur le plan international. Jugeons-en par les faits.

Sur le plan géopolitique, Kim Jong Un affirme en janvier que les États-Unis sont le «plus grand ennemi» de la Corée du Nord, renforce son arsenal nucléaire et effectue quelques essais balistiques. L'Iran renforce sa capacité à disposer de la bombe nucléaire en février, Frontex statue sur les moyens européens de mieux protégrer ses frontières avec 10 000 garde-frontières prévus en 2027, les Philippes et le Vietnam se plaignent de la violation de leur territoire par la Chine en mer de Chine. Les tensions par ailleurs entre la Chine, Taïwan et les Etats-Unis s'exacerbent avec des provocations, des simulations de conflits et des engagements d'appui en cas d'intervention belligérante. Les marques de soutien de certains pays (Australie, Japon...) contribuent à faire monter la pression. Il en est de même sur le front de l'Ukraine et du Dombas où la Russie masse des troupes. Les tensions entre l'OTAN et la Russie s'intensifient dans la mer Noire. On ressent comme un air d'avant la crise des missiles de Cuba en 1962 ce qui fera 60 ans l'an prochain, année du Tigre d'Eau comme... 2022. Les migrants Irakiens "importés" par la Biélorussie se pressent aux frontières de la Pologne et deviennent un levier de pression sur les territoires voisins. La bande de Gaza se soulève en mai, l’enclave de Ceuta en Espagne est envahie par des migrants marocains en juin. Les frontières craquent, les territoires se protègent. Les Talibans récupèrent le pouvoir en Afghanistan et chassent les Américains durant l'été, l'Algérie en profite pour se fâcher avec le Maroc à propos du territoire du Sahara occidental et avec la France pour des questions de retour sur le territoire des Algériens expulsés. Le territoire est partout et les tourets de barbelés se déroulent.

Les territoires sont également économiques avec la récupération par les Américains du marché des sous-marins australiens promis à la France en septembre. L'automne sera l'expression de vives tensions entre la France et le Royaume-Uni à propos des licences de pêches, les territoires maritimes sont âprement défendus de chaque côté de la Manche. La menace d'un conflit commercial entre l'Europe et l'Irlande du Nord grimpe en probabilité à propos du non respect des modalités du BREXIT. Le protectionnisme monte en puissance et le ministre de l’économie a empêché par exemple en début d'année, l’acquisition de Carrefour par le canadien « Couche-tard » pour des raisons de "sécurité alimentaire". Dans une logique de reprise économique, les composants et les matières premières se raréfient, les approvisionnements se compliquent. Dans ce contexte de pénurie, on sert en priorité son pays, ses amis et ses alliances stratégiques, celles qui comptent vraiment (tonalité du Métal et du Buffle).

Mais de nouveaux territoires commencent à se dessiner et que le Buffle de Métal a révélé de manière explicite en 2021 : l'espace avec des tirs russes anti-satellites qui ont endommagé en novembre l'ISS, la station orbitale internationale et l'annonce en décembre par le Sénat américain de la création d'une agence destinée à enquêter sur le phénomène OVNI. Les fonds-marins de leur côté font également l'objet d'une nouvelle attention avec ses gisements de métaux rares (nodules de manganèse, fer, nickel, cobalt...), convoités en période de révolution écologique (véhicules électriques, panneaux solaires etc.) et qu'il va falloir défendre.

Il est probable que l’on ressente en 2021 cette intention de préservation identitaire et clientéliste, de conservation des acquis ou de ce qui nous définit. (...) En prévision des élections de 2022, la tendance au conservatisme politique et à la préservation des valeurs traditionnelles devraient s’accentuer et servir la droite. En plus de l’économique, du travail et du social, l’identité et la sécurité pourraient être au cœur des campagnes électorales.

Sans enlever une ligne a ce qui a été écrit il y a près d'un an, il est clair que les idées conservatistes ont déjà gagné les esprits et les élections. Le nombre de candidatures de "droite forte" ou décomplexée en atteste. Les militaires signent des tribunes sur l'état de la France et la nécessité de ressaisissement national. Le Buffle tient à ses principes et les affirment avec conviction, sans toutefois se joindre aux autres Buffles qui lui font face (France Insoumise/écologistes/parti socialiste à gauche, souverainistes, zemmouriens et Rassemblement National à droite). L'identité, la nationalité, la défense des intérêts nationaux, l'éducation, les territoires perdus de la République et l'insécurité sont déjà au cœur des débats publics et de la campagne présidentielle à venir.

Les territoires s'expriment également sur le plan culturel, entre les pro Pass et les pro-liberté, entre les pro vaccin et les pro liberté, entre les tenants du télétravail maximum et les partisans du retour au bureau, entre les partisans de réunions sans blancs (syndicat étudiant UNEF en mars) et les tenants de la laïcité, entre les supporters du nucléaire et ses contempteurs, entre les soutiens de l'éolien et ses détracteurs.

2021 aura vu révélé l'émergence publique du courant américain "Woke" et autres "cancel cultures". L'écologiste Sandrine Rousseau, arrivée 2è lors des primaires écologistes, en a été l'avatar le plus éminent cette année. Un contre-courant, notamment dans les universités, est en train de se constituer pour éviter la montée en puissance d'un mouvement de déconstruction (des genres, des relations...) qui menace l'ordre établi. Les Buffles se font face et chacun choisit sa cause. Rarement le pays aura été aussi divisé en chapelles ou plus précisément... en parcelles. Le Buffle a bien travaillé : un vrai bocage !

La demande d'une nouvelle loi de décentralisation et de renforcement du pouvoir local pourrait faire son apparition (gestion de la crise sanitaire par les Régions ?). Les régions européennes (Écosse, Catalogne...) devraient faire parler d'elles et chercher à exister.

Les élections régionales de juin n'ont finalement pas permis aux régions de s'affirmer alors que l'énergie du moment les y invitait. En raison d'une défaite politique attendue, le gouvernement et la mediasphère s'en sont fait peu le relais. L'élection n'a pas intéressé les électeurs puisque 2 sur 3 ne se sont pas déplacés pour voter au 2è tour. En revanche, rarement les tensions régionales et identitaires ont été aussi fortes que durant cette année 2021. Les Antilles (Martinique, Guadeloupe) revendiquent ouvertement leur autonomie et le gouvernement par son ministre des Outre-mer Sébastien Lecornu, a même reconnu, fait historique, qu'au sens des Nations unies, l'archipel «fait partie d'une liste de territoires qui sont encore à décoloniser». Le gouvernement s'est dit prêt en novembre à parler de l'autonomie de la Guadeloupe. Profitant de cette dynamique irrédentiste, les indépendantistes Corses ont souhaité mettre en débat l'indépendance de la Corse au même titre que les Antilles françaises et souhaitent taxer les résidences secondaires. Les indépendantistes de Nouvelle Calédonie déclarent qu'"il n'appartient plus à la France de dire ce qui est bon pour nous". La Chine se frotte les mains. Même si le vote du 12 décembre acte le maintien de l'île dans le giron national, la délégation des compétences au pouvoir local ira crescendo. L’État a par ailleurs autorisé en décembre les académies de Lille et Amiens à enseigner le picard et le flamand.

 

Ailleurs qu'en France, le vent de la "décolonisation" souffle également sur la Barbade qui s'est affranchie cette année du Royaume-Uni. La Reine Elisabeth II n'en est plus la Chef d'Etat. Après le Brexit, l’Ecosse a demandé en début d'année son rattachement à l’Union Européenne. Le dirigeant de l’Alliance néoflamande, premier parti de Belgique, a évoqué en août son souhait d’une fusion entre les Pays-Bas et la Flandre. Le territoire régional souhaite exister et le Buffle en a fait avantageusement avancer les lignes.

Une prédominance de la tristesse

Même si le gouvernement vante la tendance de croissance économique à plus de 6%, malgré des cours de bourse historiques, un chomâge en repli et une pénurie de main d'oeuvre dans certains secteurs, la joie a pourtant du mal à s'installer. On y écrivait qu"on pourrait imaginer une année besogneuse, sans grande fantaisie, centrée sur l’économique, l’alimentaire et les besoins fondamentaux (la paye, la santé)". Ce faisant, le pouvoir d'achat est devenu en octobre le sujet de préoccupation prioritaire des Français. L'inflation revient et devrait surtout s'exprimer en 2022, les taux d'intérêt ne vont pas tarder à remonter, les Français le ressentent et le redoutent. L'actualité géopolitique et environnementale ne pousse pas non plus à la gaieté. La tristesse (Métal Yin) du Buffle peut s'exprimer à loisir. Certains experts parlent de "déficit du bonheur", mélange de regret du passé et d'appréhension de l'avenir. On écrivait en décembre dernier qu'il est ainsi probable que la tristesse, l’apitoiement et la honte l’emportent sur le jugement agressif (Yang) de 2020 et la hargne. C'est bien ce qui est en cours aujourd'hui. L'apitoiement et la honte illustrent à titre d'exemple les propos d'Emmanel Macron sur la repentance de la France quant à la répression de la manifestation du 17 octobre 1961 en Algérie qui se déroulait il y a 60 ans, une année... Buffle de Métal.

Sur le plan environnemental, il était dit que le Buffle se préoccupera de la préservation du vivant et de la Terre mais toujours sous un angle pragmatique et applicatif, si possible dans le court terme. La COP 26 de Glasgow s'est inscrite en novembre dans cet esprit d'actions concrètes à mener à très brève echéance mais sans promesse de rupture sur le fond et sans envolée lyrique (propre au Bois et surtout au Feu). La limitation du réchauffement climatique à 1.5° n'est toujours pas garanti.

Société clivée, masques toujours sur les visages et variants en embuscade, perspectives économiques ou environnementales incertaines, insécurité et paupérisation croissantes, bruits de bottes à l'étranger, même si les Français restent globalement heureux, le monde alterne entre fatalisme et abattement. On sent bien que tout n'est pas comme avant, que l'avenir n'a rien de glorieux et que nous vivons la suite de ce que Nicolas Baverez a appelé les "30 piteuses". On voudrait y aller mais le cœur n'y est pas. 2/3 des habitants des pays développés pensent que leurs enfants vivront moins bien qu'eux. Les fondamentaux ne sont pas au beau fixe et la carte météo n'est pas bonne.

Dans les entreprises, le mouvement de "La grande démission" arrive en France après les États-Unis. 39% des cadres en France souhaite trouver un nouvel emploi dans les 12 mois qui viennent, mieux rémunérés, garantissant un meilleur équilibre entre vie pro et vie perso et surtout une vie professionnelle qui ait du "sens". Fort heureusement, la croissance est au rendez-vous et les opportunités existent.

En conclusion...

En conclusion, le Buffle de Métal de 2021 a résonné juste à plus de 80%. On y a bien retrouvé les composantes du droit, de la santé et du territoire. A la convergence de ces trois dimensions, l’événement du Pass sanitaire est particulièrement illustratif et symptomatique de la tonalité énergétique de cette année du Buffle et du Métal.

Les communautés se sont affirmé et ont compté leurs troupes. Chacun s'est positionné sur le territoire, les 4 pattes bien ancrées dans le sol. Notre Buffle prépare pour 2022 (à compter du 1er février) l'arrivée de l'énergie de l'Eau et du Yang, par le plus puissant des animaux terrestres : le Tigre.

On en parlera dans un prochain article. Un peu de patience; c'est l'une des qualités du Buffle ;-)

  • Lien vers l'article "Ce qu'annonce le Buffle de Métal" du 30 décembre 2020 : https://www.leadershiptaoiste.com/blog/2021-ce-qu-annonce-le-buffle-de-metal?categoryId=205737
Articles connexes :
  • Crise du coronavirus : le rat de Métal nous avait prévenu : https://www.linkedin.com/pulse/crise-du-coronavirus-le-rat-de-m%C3%A9tal-nous-avait-pr%C3%A9venu-chateau/
A noter : les mots soulignés renvoient aux sources en ligne.
Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK