Revenir au site

Les 4 questions à se poser avant d'accepter un job

On a détaillé dans une autre article, les variables constitutives de l'équation taoïste du bonheur. Outre la rémunération (qui est un critère objectif facile à appréhender), on se propose ici d'utiliser le modèle de manière opératoire dans un contexte professionnel, pour savoir si vous devez ou pas, accepter un job ou une proposition de poste.

· Articles entreprise

Ça y'est, les choses bougent ! Vous avez identifié un poste susceptible de vous plaire, un chasseur de tête vous a contacté ou bien votre manager vient vous proposer l'opportunité pivot de votre carrière. Désirée ou imprévue, il vous revient de dire oui ou non à la proposition, d'aller plus loin ou au contraire de ne pas répondre à l'appel des mauvaises sirènes. Mais comment savoir ? Outre la question de la rémunération et des "périphériques au contrat de travail" (supposées acceptables), quelles sont les questions clés à se poser pour y voir clair et faciliter la prise de décision ?

Dans un autre article, on a identifié les 4 variables de l'équation du bonheur, complémentaires et interdépendantes. Elles sont les suivantes : 1) Le sens, 2) le temps, 3) la bienveillance à soi, aux autres et au monde et 4) l'énergie. Si l'on considère que le monde du travail est supposé contribuer à notre épanouissement personnel et humain, alors les 4 questions à se poser concernent précisément ces 4 variables. Examinons-les successivement.

Le sens :

  • Lorsque je me projette dans le poste et que j'en lis les missions (ou qu'on me le décrit), me fait-il envie ? Me donnera-t-il le ressort de me lever le matin ? Le sentiment d'être utile : au client, à l'entreprise, au monde (via la RSE par exemple), à l'équipe, aux autres, à moi-même ?
  • Est-il compatible avec mon "projet de vie", avec ce que j'attends de la vie ?
  • Enfant, aurais-je été heureux de réaliser cette mission ou d'occuper ce poste ?
  • Éventuellement, le poste est-il utile pour obtenir le poste plus motivant qui viendra après ? Suis-je prêt à attendre ? Est-il compatible avec ma carrière ?
  • A plus long terme, serai-je heureux dans quelques années d'être passé par ce poste ? Au-delà de la paye, que va-t-il m'apporter objectivement ?
  • Fondamentalement, ce poste va-t'il me permettre de mettre en œuvre mes talents propres et mes dons (qui apportent le sens et la joie), de réaliser ce que je suis vraiment, de me réaliser, de m'aider à devenir "moi" ?

Le temps :

  • La charge de travail et les rythmes sont-ils compatibles avec mes capacités cognitives ou corporelles (temps de pause, temps de travail quotidien ou hebdomadaire...) ?
  • Aurai-je pour partie la main sur l'organisation de mon activité et de mon agenda ?
  • L'équilibre pro/perso sera-t-il globalement respecté ? Aurais-je le temps de voir mes enfants, mes parents âgés, mes amis ? De faire du sport ou mon activité associative préférée ?

La triple bienveillance :

  • Bienveillance à soi :
    • Le poste est-il de nature à m'épanouir ? Cf. supra les questions du sens et du temps.
    • Le poste va-t-il me permettre d'apprendre et de m'enrichir dans les directions que je souhaite ?
    • Aurais-je les moyens d'agir (financiers, initiatives...) ? Aurai-je l'autonomie des décisions ?
  • Bienveillance aux autres :
    • Le courant passe-t-il avec mon futur manager (confiance, respect, écoute, empathie, personnalité...) ?
    • L'ambiance au sein de l'équipe de travail est-elle bonne ? Les rôles sont-ils bien définis ? La collaboration l'emporte-t-elle sur la compétition ?
    • L'ambiance avec les autres services de l'entreprise (parties prenantes internes) ?
  • Bienveillance au monde :
    • La raison d'être, la culture, la gouvernance, les valeurs de l'entreprise (engagement sociétal et RSE...), l'ambition, les moyens sont-ils compatibles avec mes propres rêves, valeurs, objectifs et besoins ?

L'énergie :

  • Le poste est-il objectivement fatiguant ? De nombreux déplacements sont-il à prévoir ?
  • Devrai-je me lever tôt et me coucher tard ? D'être disponible à tout moment ?
  • Aurai-je la possibilité de me déconnecter ? De travailler à distance ?
  • Le poste permettra-t-il de me ressourcer ou au contraire aura-t-il tendance à me vider ?

Sur le plan qualitatif, la réponse à ces questions donnera déjà une bonne idée de l'intérêt d'appuyer (ou pas) sur le bouton, s'il convient d'être enthousiaste ou de se positionner avec circonspection voire de refus quant à la proposition qui nous est faite.

 

Pour aller plus loin, il est toujours possible de quantifier l'équation et d'affecter un score à chacune des variables. Pour ce faire, donnez au terme de votre questionnement une note sur 100 à chacune des variables : une note sur 100 pour le sens, une note sur 100 pour le temps, une note sur 100 pour la bienveillance (à soi, à l'autre et au monde) et une note sur 100 enfin pour la variable de l'énergie. Dans les faits, vous n'aurez probablement pas l'intégralité des informations à propos des questions listées mais le but est de les approcher au maximum au travers des échanges que vous pourrez avoir avec vos différents interlocuteurs (RH, managers, collègues...). Une fois les 4 notes obtenues, divisez ce score par 4 et vous aurez le score d'attractabilité de la proposition. A vous ensuite de positionner votre curseur en considérant par exemple que vous dites "Oui" si ce score est supérieur à 70% (ou 50%). Notre relation au risque est individuel et il nous appartient de fixer ce seuil.

 

Pour complexifier encore le modèle, on peut accorder une importance plus forte au sens qu'au temps ou à l'énergie par exemple. Pour ce faire, il convient de passer par une moyenne pondérée. Si la variable du Sens est pour vous 2 fois plus importante que les autres variables et la variable du Temps 1.5 fois plus importante par exemple , la formule de calcul devient alors la suivante :

  • Faites le total suivant : (Score sur 100 de la variable du SENS)*2 + (Score du temps sur 100 de la variable du temps)*1.5 + Score de la variable de la bienveillance + score de la variable de l'énergie.
  • Puis divisez le total du résultat obtenu par 5.5 (=2+1,5+1+1). Vous obtiendrez alors votre SCORE sur une base 100.
Le modèle de l'équation du bonheur vous permettra en outre d'orienter le questionnement de votre entretien managérial sur les scores notés les plus faibles. Vous pourriez alors demander des garanties à votre manager pour les obtenir en lui demandant de les écrire.
 
Votre OUI sera alors total, votre engagement entier et les conditions de votre plein épanouissement réunies.
Bon chiffrage et négociation.

Lien vers l'article relatif à l'équation du bonheur => LIEN

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK